James LOUIS

James LOUIS

James LOUIS,

Président de la Communauté de Commune du Pays de Pouzauges, (2014-2016)

Maire de Réaumur (1995-2017)

Conseiller municipal (1983-1995)

 

 

Est décédé le 27 février 2017 dans sa 72e  année.                                              

 

 

 

 

Bulletin annuel de RÉAUMUR (janv 2018)

 Né le 8 novembre 1943, James est arrivé à Réaumur en 1965, pour ne jamais quitter cette commune à laquelle il a tant apporté. Son passage restera gravé dans l’histoire de Réaumur.

Lors de la cérémonie des vœux du 19 janvier 2018, Joël PARPAILLON, Maire, a remis à Pierrette, épouse de James LOUIS, la médaille de Maire honoraire, à titre posthume. 

James LOUIS a commencé sa vie d’élu en tant que conseiller municipal pendant 2 mandats de 1983-1989, puis de 1989-1995. C’est en 1995, qu’il présente sa 1ère liste et qu’il est élu maire de Réaumur. Le conseil municipal de Réaumur est composé de 15 personnes. De 1995 à 2017, ce sont 33 conseillers municipaux qui ont collaboré avec lui pour ces 4 mandats de Maire. En 2014, à 70 ans, cet ancien chef d’entreprise à la retraite et ses colistiers étaient élus dès le premier tour des élections avec 93,20 % des suffrages exprimés.

Durant ces mandats, la commune a vu se développer l’économie locale avec l’implantation d’entreprises, d’artisans ; le maintien des commerces de proximité, l’amélioration des réseaux (effacement et rénovation du centre bourg, création de la rocade) ; la création de lotissements, de logements sociaux et le tourisme.

C’est son métier de charcutier qui le conduit sur notre territoire. D’apprenti, il a su gravir son ascension professionnelle à force de travail et de détermination en créant les salaisons LOUIS James. Le sens du travail, il l’a transmis à ceux qui ont franchi les portes de son entreprise, qu’ils soient ouvriers, apprentis ou saisonniers. Il était un patron respecté. Il pouvait utiliser sans relâche ses réseaux pour accompagner ses apprentis, puis ses concitoyens à trouver un emploi, un logement.

En décembre 2009, l’entreprise TAPASTI s’est installée à Réaumur, dans les anciens locaux de la salaison LOUIS James. C’est avec une certaine émotion qu’il fut ravi à titre personnel mais aussi pour la commune de voir se rouvrir les portes de cette entreprise.

Son dévouement, sa passion pour le sport, et notamment le foot, l’ont conduit naturellement à occuper de nombreuses années le poste de Président de l’ASR. Il fut aussi dans le bureau du comité hippique, du comité de jumelage. Les acteurs associatifs étaient pour lui des personnes précieuses à la vie locale. James ne cessait de citer en exemple à ses confrères, les relations étroites et collaboratives entre la commune et les associations locales pour le bon vivre ensemble.

Sa capacité à fédérer, sa facilité à se rendre disponible, sa curiosité de l’autre, l’ont naturellement dirigé vers le poste d’élu local en tant que maire de Réaumur, mais aussi comme Vice-Président et Président du Pays de Pouzauges. C’était un homme du terroir, du terrain.

Le 27 février 2017, c’est toute la commune qui était en deuil. Figure emblématique de Réaumur, James Louis restera dans l’esprit de tous, comme l’image d’un homme dynamique, impliqué, aimant les siens et sa commune.

James était un homme de cœur qui donnait sans compter. Tous ceux qui ont croisé son chemin, ont au moins un souvenir, une anecdote, un moment partagé avec lui, car il était un homme qui avait le sens de contact ; il aimait aller à la rencontre de l’autre, il aimait le vivre ensemble toujours avec bienveillance.

Il savait répondre présent à sa famille, à ses amis, à son territoire. Il était dévoué, présent, déterminé. En France, lorsque l’on évoque notre département la Vendée, on nous répond le Vendée Globe, le Puy du Fou. Mais en Vendée, si on prononce Réaumur, on vous répond, c’est la commune de James LOUIS. René Antoine FERCHAULT a complété son nom de Réaumur ; James LOUIS a valorisé le nom de Réaumur. Cette commune reste marquée de son empreinte. Il a su la faire vivre à travers tous les domaines : le sport, la culture, l’économie…

 

 

REVUE DE PRESSE :

Ouest-France du 25 02 2017 :

James Louis contraint à renoncer à ses fonctions

En mars 2014, James Louis présentait sa liste « Ensemble pour une commune dynamique » briguant un quatrième mandat. A 70 ans, cet ancien chef d’entreprise à la retraite et ses colistiers étaient élus dès le premier tour des élections avec 93,20 % des suffrages exprimés. 

A ce jour, il a pu voir l’aboutissement de deux gros chantiers inscrits à son programme : la MARPA et la station d’épuration. Son état de santé l’oblige à mettre un terme à son mandat de maire. Cependant, il siégera en tant que conseiller.

« Une page se tourne, mais j’ai une totale confiance dans l’équipe » a-t-il déclaré. La préfecture ayant accepté sa démission, le conseil municipal se réunira salle Ferchault, jeudi 2 mars, à 19 h 00, pour l’élection du nouveau maire et des trois adjoints.

En janvier 2016, pour la même raison de santé, James Louis s’était retiré de la présidence de la Communauté de Communes du Pays de Pouzauges.     

 

Ouest-France du 1er mars 2017 :

L’annonce de sa disparition a rapidement fait le tour de la commune, ce matin 27 février. Elle l’avait accueilli en 1966, et il ne la quittera jamais. Figure emblématique de Réaumur, James Louis restera dans l’esprit de tous, comme l’image d’un homme dynamique, impliqué, aimant les siens et sa commune. Né en 1943, il deviendra ouvrier charcutier chez A. Maupetit. Il reprend ultérieurement la succession, quand ce dernier fait valoir ses droits à la retraite. Puis développe une usine de transformation de charcuterie traditionnelle.  C’est aux élections de 1983 qu’il intègre le conseil municipal et est réélu en 1989. En 1995, alors que Rémy Betou, maire sortant ne se représente pas, James Louis décide de présenter sa liste. Élu maire, il remporte successivement les élections de 2001, 2008, et 2014. En 2015, il est élu Président de la Communauté de Communes du Pays de Pouzauges, une fonction qu’il doit abandonner début janvier 2016, affaibli par la maladie.

Aujourd’hui, c’est toute la commune qui est en deuil.

 

Ouest-France du 02 mars 2017 :

Notes politiques

Disparition de James Louis :

Réactions de Bruno Retailleau et de Véronique Besse

 

Bruno Retailleau, Président de Région, a transmis ses « Plus sincères condoléances aux proches de James Louis », ancien maire de Réaumur, décédé lundi. « La Vendée perd donc l’un de ses plus grands serviteurs et personnellement, je perds un homme, qui était devenu au fil des années, un ami sincère ». Il ajoute  « James Louis était connu et reconnu pour son efficacité et son bon sens. Je ne suis pas surpris par l’immense émotion qu’ a suscité l’annonce de son décès. James Louis était, pour nombreux d’entre nous, un ami fidèle, loyal, mais également un exemple de dévouement ».

 

Véronique Besse, Députée de Vendée, salue la mémoire de James Louis, «  James Louis était avant tout un ami dont la fidélité, le courage et la joie de vivre constituaient un soutien précieux au quotidien pour tous ceux qui le côtoyaient. Tout au long de sa vie,  il aura mis un point d’honneur à toujours répondre présent pour sa famille, ses amis et sa commune ». Il fait partie, selon l’élue, « de ses fortes personnalités, à la fois enracinées, attachantes et énergiques que rien n’arrête et qui vont de l’avant. La Vendée et le Pays de Pouzauges perdent un élu très apprécié et reconnu pour la qualité de son travail. Son nom est à jamais associé à sa commune de Réaumur qu’il aimait tant ».

 

Ouest-France du 03 03 2017 :

Décès de James Louis : Philippe de Villiers réagit

James Louis, ancien maire de Réaumur, est décédé, lundi, à l’âge de 73 ans. Philippe de Villiers dans un communiqué lui rend hommage : « La Vendée vient de perdre, avec James Louis, un de ses meilleurs fils. Et le Puy du Fou un de ses meilleurs amis puyfolais de cœur et même de passion » écrit-il. Et continue : « James Louis fut à la fois un chef d’entreprise et un maire qui se dépensait sans compter. Son dévouement était sans limite et il mettait son bon sens et son intelligence au service du bien commun. Sa disparition est pour chacun d’entre nous une cause de tristesse mais il laisse, dans nos mémoires douloureuses, le sillage d’un homme de cœur et de conviction ».   

 

Obsèques le 02 mars 2017

Messe célébrée par l’abbé Jean Bernard, curé doyen de la paroisse Saint-Antoine des Puys.

Homélie

Nous venons d’écouter les lectures de la parole de Dieu qui veulent nous inviter à l’Espérance malgré l’épreuve.

La première lecture est une méditation sur le sens de notre vie. Nous sommes faits pour la vie, et notre vie est belle lorsqu’elle est tournée vers les autres. Nous pouvons regarder la vie de James, avec ses engagements : sa famille, son travail, le sport et son engagement communal au service des autres.

Vous savez tous ce que James vous a apporté… il avait le sens du contact, il aimait aller à la rencontre des autres, trouver des solutions pour permettre un mieux vivre ensemble. Il aimait donner une chance à tous.

« A l’heure ou Jésus passait de ce monde à son Père » 

Ce sont des moments de vérité où les mots sont importants…

Dans la maison de mon Père, je pars vous préparer une place…

Thomas lui dit : Nous ne savons pas où tu vas…

Comment pourrions-nous savoir le chemin ? »

James a du s’interroger durant sa maladie… se révolter aussi… Quand il était à Lourdes pour le pèlerinage, il a vécu son dernier pèlerinage du Rosaire dans un fauteuil… Lui qui aimait tellement rendre service, être actif… Il était dépendant des autres, il se faisait servir par les autres, il a vécu son pèlerinage, non pas en aidant les autres, mais en étant la personne aidée et se laissant toucher de l’intérieur. Il venait ainsi déposer au pied de la grotte toute sa vie… La vie de famille qui comptait beaucoup pour lui, c’était son lieu de refuge. La vie dans le sport, invite à se dépasser pour l’équipe. On ne peut que gagner que tous ensemble, lorsqu’on est soudé. La vie dans le travail qui demande du courage et de la volonté. La vie au service des autres dans ses nombreux engagements dans la société pour un vivre ensemble dans la fraternité et l’attention de tous. Notre société a bien besoin de personnes qui s’engagent pour les autres, pour le bien de tous… ces missions sont ô combien importantes dans notre monde d’aujourd’hui…

Que notre célébration cet après-midi soit un merci pour cette vie bien remplie, cette vie si riche de rencontres, d’engagements, cette vie donnée au service des autres.

Sœur Emmanuelle disait :  « Celui qui aime ne meurt pas, il entre dans la vie ».  

Que la vie de James soit éclairée pour toujours de la lumière de Dieu… que sa vie continue de rayonner en chacun de nous…

 

Hommage à James Louis le 02 mars 2017

(Véronique Besse)

C’est avec beaucoup d’émotion et le cœur empli d’humilité que j’ai accepté  aujourd’hui de dire quelques mots et de rendre un dernier hommage à James, qui nous rassemble une dernière fois autour de lui.

Mes premières pensées vont à toute sa famille et en particulier à Pierrette, son épouse, et à ses filles, dont il parlait toujours avec beaucoup d’affection. 

Sachez que vous pouvez compter sur le soutien de chacun d’entre nous, comme nous avons pu, chacun à notre tour, compté au moins une fois dans notre vie sur James, à un titre ou à un autre.

James était un ami. Et c’est d’abord à cet ami précieux que je veux rendre hommage. Un ami cher dont la fidélité, la joie de vivre et le courage n’ont jamais fait défaut.

Chaque fois que nous le sollicitions, il répondait présent, pour sa famille, pour ses amis, pour sa commune.

James était un exemple de loyauté, de détermination et de bonne humeur ! Il était toujours partant, toujours volontaire, toujours dans les bons coups…Ses fidèles compagnons, ils se reconnaîtront, ne me démentiront pas. C’était un ami sincère, franc et bienveillant ! 

James, c’était un vrai vendéen. Il était avant tout enraciné, attaché à sa terre, attaché à ses racines, et parallèlement, il était curieux, avide de nouveautés, de rencontres, de convivialités.

En vendéen, James était un battant. Sa volonté de fer rassemblait. Son humour apaisait.

En vendéen, James aimait ses libertés : liberté de ton, liberté d’action, liberté d’aimer !

James, c’était enfin une personnalité. Courageux, habile, déterminé, James faisait partie de ces chefs d’entreprise, de ces élus, dont le sens des responsabilités, le sens de l’engagement et le respect de la parole donnée ont toujours servi de guide.

Pour Réaumur, pour le Pays de Pouzauges et pour la Vendée, il aura tout donné. Il aura œuvré avec résolution ; avec énergie, avec quelques coups de gueule aussi. Souvent à raison et toujours avec le cœur ! Le double cœur vendéen.

Enfin, James, c’était aussi quelques jardins secrets : sa passion pour le foot, le Sénégal, le Rosaire de Lourdes…

James, aujourd’hui, nous te disons au revoir.

Tu entres dans l’histoire. L’histoire de Réaumur, l’histoire de la Vendée. Mais aussi dans la petite histoire, celle que tu as su tisser avec chacun d’entre nous. Celle des anecdotes, des moments d’amitié, des moments partagés.

Tu restes parmi nous, mais tu vas nous manquer !   

 

Autres témoignages

Son ami, Jean-Pierre Lemaire,  

(ex Conseiller Général, ex Président de la Communauté de Communes du Pays de Pouzauges)

« J’ai pu, dans un coin de l’église où j’étais placé, pleurer plus qu’un ami, un frère… Nous ne passions pas une semaine sans nous rencontrer … ».

 

Dominique Blanchard, Président de la Communauté de Communes

Au revoir James

Élu à l’intercommunalité depuis 1995, James y avait occupé les postes de vice-président de 2001 à 2014, puis président de 2014 à 2016. Sa connaissance du territoire et des acteurs économiques a permis l’avancée de nombreux projets, au plus proche des préoccupations ses interlocuteurs.

Il savait créer des relations faciles, par la franchise des propos et la simplicité de l’homme. Ses convictions fortes mêlées à son sens de l’écoute et sa convivialité créaient d’emblée une ambiance détendue, quel que soit les sujets abordés.

Il a été une des chevilles ouvrières de cette volonté de « faire ensemble », et la meilleure façon de lui rendre hommage, pour nous élus, c’est de garder cet état d’esprit où l’échange, l’écoute, l’argumentation permettent de prendre les bonnes décisions, avec toujours, en guise de conclusion, le temps de la convivialité !

Et si tu nous manques déjà, nous pensons surtout à ton épouse Pierrette et à toute ta famille, si chère pour toi, pour qui ton départ laisse un grand vide.

Pour tout ce que tu as apporté à chacun de nous et au territoire, James, Merci.     

 

Document réalisé par Gilbert BRIANCEAU (décembre 2017)